Se servir du passé pour améliorer la qualité de vie

notes

La mémoire n’est pas un outil fiable : notre cerveau passe son temps à trier, classer, fixer notre attention sur certaines choses au dépens d’autres.

Souvenez-vous de cette vidéo durant laquelle on vous demande de compter le nombre de passes que les joueurs d’une équipe de basket se font : trop occupés à la tâche, nous ne voyons même pas le type déguisé en ours qui traverse l’écran, et nous ne nous souvenons que des joueurs, du ballon, du nombre de passes.
Pourtant, se souvenir du passé peut être une grande contribution à la qualité de vie. Cela peut nous libérer de la tyrannie du présent et rend possible pour notre conscience de revisiter les temps passés. Il est alors possible de sélectionner et de conserver en mémoire les événements particulièrement plaisants et significatifs, et donc de recréer un passé qui peut nous aider à appréhender le futur.

Un tel passé ne serait pas, bien sûr, littéralement vrai.
Mais le passé ne peut jamais l’être réellement : il est constamment révisé, édité, et la question devient alors seulement de savoir si nous prenons le contrôle créatif de ces révisions ou pas.